Analyse artistique par Alexis Lapointe | Brèches originelles

Exposition Brèches originelles

Énigmatiques, les œuvres mises en relief pour l’exposition « Brèches originelles » de Mélanie Poirier se présentent comme un voyage d’intense exploration portant la clef d’une intime libération. Dans un carrefour de voies croisées, ce confluent d’œuvres uniques nous convie à la rencontre de signes aussi mystérieux qu’inédits abondant dans l’éclat de la gestuelle et l’éclosion de la couleur. Retour aux sources, les eaux vives de l’abstraction ne craignent pas d’embrasser les récifs d’un récit poétique, chœur d’évocations se nouant en autant de présages à l’imaginaire.

Aux abords d’une traversée cruciale, l’engagement des « Drakar » survient en tendant ses voiles à la valse du vent et en s’ouvrant au torrent de la profonde recherche que représente l’émergence d’un langage propre à l’artiste. La fronde des « Hiéroglyphes » s’épelle et s’arbore comme un nouvel étendard, se dressant à l’anse d’un sens tout aussi ancestral qu’actuel ou d’un embranchement vital au « Point de mire » des « Turbulences ». Une « Pax » émerge dans l’axe d’accents subtils et incisifs, le filage attentif d’un esquif à l’âme dans la candeur des lèvres prononçant la prière d’une alliance à une « Soulmate yx ».

Solaire ou terreuse, allant des teintes les plus modernes à une réminiscence des temps primitifs, la couleur porte l’empreinte du sillage authentique de l’incursion au cœur d’une « Expérience ». Toujours, la « Sorpresa » de l’œuvre qui s’anime épouse la voix de l’artiste dans toutes ses intonations, s’affirmant au centre d’un archipel d’échos dans la chapelle vivante d’un présent vibrant. La trouée de mille faisceaux d’or devient une éruption de teintes graves ou aiguës dans l’allusion à un regard, une danse ou une renaissance.

Photosensible, la toile devient le foyer d’une percée de lumière éblouissante et mouvante, qui laisse jaillir l’âme de notre regard et advient inéluctablement une connexion à l’inconscient. Les chemins s’ouvrant dès lors à une traversée fulgurante irradient de chaleur dans le clin d’œil du soleil et l’étreinte d’un nouvel horizon.

Par Alexis Lapointe, rédacteur et poète

2011